Pourquoi y a-t-il un point sur la lettre « i » ?

Il faut savoir que la lettre « i » n’a pas toujours été surmontée de ce petit point.

Un point dû aux moines copistes

Pourquoi y a t-il un point sur les i ?Dans les alphabets grecs comme latins de l’Antiquité, elle était représentée par un simple bâton vertical. Mais au XIème, les moines copistes, qui étaient chargés de recopier les textes qu’on leur confiait, et qui recouraient à l’écriture gothique, se mirent à placer un trait oblique au-dessous de ce « i » afin de le différencier de lettres similaires ;en effet, dans cette forme d’écriture, il était compliqué de distinguer le « i » de lettres à jambages courts comme le « m » ou le « n ». L’usage se répandit et à la fin du Moyen Âge, le trait fut remplacé par un simple point, plus rapide à tracer. La pratique s’est alors généralisée, même lorsque l’écriture gothique disparut. Au XVème siècle, l’imprimerie répandit plus encore cet usage.

Distinguer le point du « i » et le tréma

Ce simple trait ne doit pas être confondu avec le double point, appelé « trema », que l’on trouve sur certaines voyelles (le « i », le « e » et le « u » et dont le but est de signifier que la voyelle qui précède immédiatement celle ainsi distinguée doit être prononcée de manière séparée, car elle ne fait pas partie d’un digramme (ensemble de deux lettres composant un son unique). Ainsi, Noël ne se prononce pas comme fœtus.

Commentaires