Pourquoi les hommes portent-ils des cravates ?

La cravate est un accessoire typiquement masculin, même si quelques créateurs de mode l’incluent sur certaines tenues féminines. Mais pourquoi les hommes portent-ils donc une cravate ?

Une origine croate

Un jabot

La mode de la cravate est née au XVIIe siècle. Durant la Guerre de Trente ans (1618-1648) qui vit s’affronter la plupart des États de l’Europe, les mercenaires croates, de farouches guerriers qui se mettaient au service de la France, avaient un ruban autour du cou comme signe distinctif. Lorsque le roi Louis XIII en reçut une délégation pour leur rendre hommage, il fut surpris par ce morceau de tissu noué au cou, mais le trouva fort élégant. Ce fut donc lui qui lança la mode à la Cour. Nombre de courtisans rivalisent d’originalité et d’élégance en la parant de dentelles et rubans de soie. Pratique, elle permettait aussi de se protéger des nombreux courants d’air qui émaillaient le château de Versailles. Louis XIV la reprit donc, et c’est ainsi qu’elle se perpétua jusqu’à nos jours. Il crée même le métier de cravatier, qui fait partie des services de la chambre du roi. La mode se répandit dans toute l’Europe.
Cette cravate remplaça progressivement les jabots, qui avaient eux-mêmes mis au placard les fraises, collerettes faites de volants de mousseline ou de dentelle que les hommes, comme les femmes, arboraient pendant toute la seconde moitié du XVIe siècle. Quant aux jabots, il s’agit là aussi d’un ornement en mousseline ou en dentelle attaché en bas du col de la chemise, qui retombait sur la poitrine. La cravate est plus masculine, et aussi moins encombrante.

Un accessoire qui s’est perpétué et simplifié

Sous la Révolution, la couleur de la cravate permettait de souligner l’appartenance de celui qui la portait à l’un ou l’autre des camps politiques. Elle est alors assez large, semblable à une écharpe. Les difficultés pour la nouer sont grandes, à tel point qu’elle est souvent vendue déjà nouée. Puis, dans la seconde moitié du XIXe siècle, elle se fait plus fonctionnelle, plus longue et plus étroite. Elle prend alors l’appellation de regate, véritable ancêtre de l’actuelle cravate. C’est d’ailleurs aussi à cette époque que fut inventé le nœud papillon Ce n’est qu’en 1924 cependant qu’elle prit sa forme définitive, dessinée par l’Américain Jesse Langsdorf, qui tailla cet accessoire en diagonale dans le tissu et l’assembla en trois parties (tissu centra, face avant et face arrière). Au début du XXe siècle, elle est un accessoire indispensable pour tous les hommes : sortir sans elle est inimaginable. Au cours du siècle, différente formes sont également tentées dans les années 60 à 80, elle s’élargit, passant de 8-10 centimètres à 15-16 centimètres, tandis que dans les années 80, on invente l’ultra slim, de 4 centimètres, notamment arborée par les Rockers et les Punks. Elle prend des couleurs et se teinte de fantaisie, se décline dans toutes les matières, même en bois. Puis elle chute quelque peu de son piédestal, symbole de servitude. Néanmoins, elle reste toujours un incontournable de la garde-robe masculine.

Commentaires