Pourquoi trinque-t-on ?

Le fait de trinquer remonte au Moyen-Âge, et découle de la dangerosité à l’époque de boire avec son hôte, qui pouvait empoisonner le verre, une pratique fréquente pour éliminer des rivaux.

Verser son breuvage dans le verre de l’autre

Quel est l’origine de la tradition de trinquerPourquoi trinque-t-on ?

Les grands seigneurs trinquaient, ce qui signifiait qu’ils frappaient leurs verres l’un contre l’autre en faisant en sorte qu’un peu du contenu de son verre se retrouve dans celui de l’autre. Trinquer se déroulait alors en deux temps : l’un des buveurs cognait son verre contre le second, y répandant une partie de sa boisson ; puis l’autre faisait de même. Chacun devait alors boire en même temps une première gorgée, en se regardant droit dans les yeux, en signe d’honnêteté. Trinquer était alors le signe qu’on pouvait boire en toute confiance, en partant du principe que personne ne prendrait le risque d’absorber un poison qu’elle aurait versé dans le verre de celui qu’elle veut éliminer.

Une habitude atténuée qui a perduré

Même si aujourd’hui la confiance est de mise, la tradition est restée. Simplement, on ne fait qu’entrechoquer les verres, de manière beaucoup moins forte. D’autant plus que de nos jours, les verres ne sont pas faits en des matériaux aussi robustes qu’autrefois.

Pourquoi dit-on tchin-tchin ?

Quant à l’expression « tchin-tchin » qui accompagne ce geste, son origine est plus incertaine. Une première hypothèse tiendrait au fait que cette onomatopée imiterait tout simplement le bruit des verres qui s’entrechoquent. Mais une autre remonte jusqu’en Chine pour trouver une explication. Dans ce pays, on prononçait « qing qing » pour dire « je vous en prie » et inviter une personne à boire, une formule que les soldats français de retour de campagne en Chine auraient ramenée en la déformant quelque peu.

Commentaires