D’où vient l’eau des océans ?

L’eau est largement présente sur la Terre. L’eau contenue dans les océans et autres étendues visibles, ainsi que dans l’atmosphère ne représente cependant que 50% de la quantité d’eau terrestre. L’autre moitié est constituée par l’eau qui ruisselle en surface, dans les cavernes mais aussi et principalement par celle qui est prisonnière à l’intérieur des roches jusqu’à plusieurs kilomètres de profondeur. On estime que notre planète contient environ 2,5 millions de milliards de tonnes d’eau. Mais concernant l’origine de cette eau, les hypothèses sont nombreuses et pas encore tranchées par les scientifiques.

Le dégazage du manteau de la Terre

 

Quel est l’origine de l’eau sur terre ?

L’hypothèse la plus ancienne consiste à dire que l’eau serait issue du dégazage du manteau de la Terre pendant l’Hadéen, une période qui court de la formation de la planète jusqu’à -3,85 milliards d’années. Les gaz volcaniques se seraient refroidis et auraient formé les tout premiers nuages, grâce à leur richesse en vapeur d’eau. Cette eau serait alors retombée sur Terre sous la forme d’un véritable déluge, remplissant peu à peu les océans. Ces pluies incessantes auraient duré des centaines de milliers voire de millions d’années, afin de remplir des cavités océaniques qui par endroit atteignent jusqu’à 10 kilomètres.

Une origine extraterrestre de l’eau

Les plus récentes découvertes des chercheurs viennent étayer une autre hypothèse, celle de l’origine extraterrestre de l’eau. Lors de sa formation, la planète bleue a été intensément bombardée par les météorites. Des comètes de glace et des chondrites (des météorites de type pierreux, ainsi nommées car elles renferment des chondres, qui sont d’infimes billes en silicates de fer et de magnésium), riches en eau, auraient ainsi apporté sur la Terre le précieux liquide, alors qu’à l’origine, la planète en était fort peu pourvue. Lors de l’impact, ces glaces et gaz se seraient évaporés dans l’atmosphère puis condensés à nouveau pour créer les océans. Cette hypothèse suppose un taux d’impact particulièrement élevé durant les premières centaines de millions d’années d’existence de la planète bleue afin de remplir des bassins de plusieurs kilomètres de profondeur d’eau.

Commentaires